Bordeaux, Paris

Renforcer la cohésion d’équipe en EHPAD sur un sujet sensible autour de la vaccination

Marie France Peyre
Directrice EHPAD « Agir » à Castres
Nadège Labbery
Psychologue à l’EHPAD « Agir » à Castres

Interview de Marie France Peyre

Pouvez vous-vous présenter ?

Madame Peyre

Marie France Peyre, je suis directrice de l’EHPAD “Agir” à Castre. Cela fait plus de 30 ans que je suis dans le secteur médico-social dans des établissements de personnes âgées. J’accompagne les personnels pour qu’ils se sentent le mieux possible dans leurs missions de prise en charge des résidents qui nous sont confiés.

Madame Labeyrie

Je suis Nadège Labeyrie, la psychologue de l’EHPAD et j’y travaille depuis 11 ans maintenant. Ca fait 14 ans que je suis psychologue et je travaille sur plusieurs structures dans lesquelles j’accompagne les résidents au quotidien et je fais également du soutien et de l’accompagnement des équipes qui prennent en charge les résidents.

Comment est structuré votre établissement ?

Madame Peyre

Nous sommes à 48 équivalents temps plein et en personne physique nous tournons généralement à 52 personnes. Nous sommes organisés par pôles : il y a le pôle administratif, le pôle soin qui regroupe aussi bien les infirmiers, aides soignants, psychologues, psychomotriciens et l’ergothérapeute qui sont tous sous la responsabilité du médecin coordonnateur. Nous avons également le pôle animation que l’on appelle “vie sociale” et enfin le pôle logistique avec la cuisine, le ménage, les repas, la lingerie et la maintenance.

Dans quel contexte avez-vous choisi de mettre en place cette action?

Madame Peyre

Il y avait beaucoup de questionnements de la part du personnel et de la crainte sur la vaccination COVID-19. Nous avons accepté votre intervention car l’approche ludique nous a semblé intéressante, nous ne connaissions d’ailleurs pas du tout le concept. Pour la petite anecdote, suite à l’annonce du 12 juillet rendant la vaccination obligatoire pour les soignants, nous avons voulu annuler la tournée, cela ne nous semblait plus pertinent. Finalement soutenus par l’ARS et après une discussion avec vos équipes sur l’intérêt et le déroulé de la formation, nous avons décidé de maintenir l’intervention. Je ne regrette pas parce que c’est vraiment un moment de cohésion d’équipe et cela a fait du bien aux participants.

Que pensez-vous de la gamification dans un dispositif de prévention ?

Madame Peyre

Je trouve que c’est très bien ! Cela fait bien longtemps que nous constatons que nous sommes dans des métiers où l’on est beaucoup trop sérieux, une approche trop scolaire n’est plus adaptée donc un peu de légèreté et de bonne humeur cela fait beaucoup de bien. De pouvoir apprendre en jouant, pour nous c’est vraiment ce que nous voudrions faire pour tous nos protocoles, ce serait un objectif sur le long terme surtout avec la génération actuelle qui aime s’amuser. Cela fait longtemps que je rêvais de pouvoir mettre en place un tel concept et je vois que c’est possible donc je vous dis bravo !

Quels sont les retours de vos collaborateurs ?

Madame Peyre

Dans la première partie, cela a permis de développer la cohésion d’équipe, ce qui était positif c’est que les pôles étaient mélangés donc ça leur a permis d’apprendre à se connaître et de communiquer entre eux.

Madame Labeyrie

Ce qu’il y a d’intéressant c’est le débat qu’il y a eu à la suite du jeu avec vos intervenants qui sont dans une position de neutralité. Ils ne sont pas là pour juger ou orienter sur la vaccination. Tout le monde peut exprimer aussi bien ses peurs, ses craintes, ses situations, c’est aussi important de pouvoir en discuter ensemble.

Madame Peyre

Nous n’avons eu que des retours positifs et effectivement comme l’a dit Madame Labeyrie, cette deuxième partie qui était comme “des groupes de parole” avec un support, ça a fait du bien à tous ceux qui ont pu s’exprimer. Même si nous avons des psychologues du personnel et des groupes de parole en interne, le fait de l’avoir fait cette fois-ci après un jeu a permis de détendre et de mettre en confiance les participants, c’est aller beaucoup plus vite qu’un groupe de parole que nous aurions pu mettre en place sur ce sujet.

Madame Labeyrie

Oui effectivement, ce n’était pas formalisé de la même manière, là il y avait des questions. Suite à ces questions, il y a eu le débat donc c’est peut être perçu différemment qu’un groupe de parole formel sur la vaccination. Finalement, nous avons réussi à échanger tous ensemble mais d’une façon différente.

Avez-vous observé des modifications du comportement ?

Madame Peyre

Je ne sais pas si c’est suite à ces échanges ou à la pression des médias, dès l’annonce du 12 juillet un tas de personnes qui ne voulaient pas se faire vacciner se sont fait vacciner et cela a continué dans cette dynamique. Certaines personnes qui étaient réticentes à l’obligation vaccinale se sont rendues compte que d’autres l’étaient aussi, ils ont pu se rassurer, se soutenir et franchir le pas ensemble.

Madame Labeyrie

Oui en effet, un autre point positif c’est que cela a permis de repérer les gens plus angoissés que d’autres pour mieux les accompagner afin qu’ils le vivent moins difficilement. Cela fait un effet boule de neige, lorsqu’une personne est vaccinée alors qu’elle était réticente, cela rassure les autres de le faire.

Recommanderiez-vous cette formation à vos pairs ?

Madame Peyre

Oui ! Nous avons trouvé que cette expérience était un plus pour les équipes. D’ailleurs, nous avons une nouvelle journée en septembre ! Nous faisons beaucoup de formation pour le personnel, la seule contrainte c’est l’organisation des équipes mais le bénéfice y est.

Un mot pour la fin ?

Madame Peyre

Nous vous remercions d’avoir pu faire cette expérience dans notre établissement et de voir qu’apprendre en s’amusant c’est possible. Cela permet de développer et de renforcer la cohésion d’équipe qui est primordial et c’est vraiment un plus. Les intervenants ont été à l’écoute, patients et bienveillants et c’est important de revaloriser le personnel.

Marie France Peyre
Directrice de l’EHPAD « Agir » à Castres

Présentation

L’EHPAD AGIR (Association Gérontologique Inter-Régionale) propose un lieu de vie pour personnes âgées dépendantes ou atteintes de maladies neuro-dégénératives, afin de privilégier les liens sociaux tout en préservant la dignité de chaque individu.

Secteur

Etablissement public de santé

Employés

30 – 50 salariés

Missions
  • Accompagner les personnes fragiles et vulnérables
  • Préserver leur autonomie par une prise en charge globale comprenant l’hébergement, la restauration, l’animation et le soin.
Client depuis

Juillet 2021

Découvrez pourquoi ils utilisent Tricky

Nos experts vous présentent l’outil dès aujourd’hui